devenir monteur vidéo
Montage vidéo

Comment devenir monteur vidéo : le guide complet

Vous avez sûrement déjà passé des heures à visionner des films, des séries ou des magazines divers. Alors c’est que vous avez d’ores et déjà eu l’occasion d’admirer le fruit du travail d’un monteur vidéo. En effet, un monteur vidéo, est la personne chargée de monter une vidéo brute et d’y rajouter tous les effets et faire toutes les transformations nécessaires pour que le tout soit prêt à être diffusé. Avec la lecture de ceux guide, vous découvriez comment devenir monteur vidéo ! Pour le reste, tout ce qui est du processus de post-production est surtout du ressort de l’éditeur, qui appréciera la qualité du rendu et assurera la livraison du produit final.

En quoi consiste le métier de monteur vidéo ?

pour devenir monteur vidéo, il faut avoir certaines qualités artistiques, en plus des connaissances bien ficelées en informatique. Et pour cause, en tant qu’éditeur de film, le monteur de vidéo sera constamment appelé à manipuler des séquences vidéo brutes, ce qui n’est possible qu’à travers des outils informatiques. L’objectif final est d’aboutir à ce que les images finales soient harmonieusement agencées et compréhensibles même pour un profane. C’est à cela que tient l’importance du processus de montage d’une vidéo, car il peut créer ou briser la qualité du contenu.

Le monteur de vidéo travaille en étroite collaboration avec le réalisateur pour créer le contenu vidéo le plus convenable possible. Pour réaliser une production complète, l’éditeur doit choisir les plans et les ajouter de manière séquentielle avec un son et des effets spéciaux supplémentaires. On caractérise souvent le montage de vidéo d’art invisible, car un bon produit fini ne doit pas laisser entrevoir le travail réalisé en amont par le monteur, le public doit pouvoir être totalement engagé.

Les éléments clés sur lesquels travaille principalement un monteur vidéo sont le rythme, la superposition, la musique et le dialogue. Tout cela constitue dans les faits une activité de longue haleine, demandant concentration et ouverture d’esprit, en plus d’une grande créativité. Vous comprendrez bien que les monteurs passent le clair de leur temps dans la salle de montage pour tout compiler et s’assurer que le produit fini est complet et visuellement attrayant.

Quelques éléments que vous devez considérer avant de devenir monteur vidéo

En réalité le montage d’une vidéo peut être tout aussi simple que compliqué. L’un ou l’autre ne dépendent que de votre propre préparation ainsi que de votre organisation dans le travail. Mais une chose est sûre vous trouverez le processus beaucoup plus agréable si vous du temps afin de vous préparer, avant chaque projet. Il est important d’instaurer une routine de travail, qui vous permettra de suivre étape par étape l’avancement de celui-ci, sans pour autant oublier qu’il faudra s’adapter en fonction du projet que vous devez traiter s’il présente certaines spécificités inhabituelles.

Quels sont les différents genres de vidéos que vous pouvez éditer ?

Devenir monteur vidéo demande des exigences à respecter varient en fonction du type de vidéos à traiter. Il peut s’agir simplement d’une vidéo souvenir où vous rassemblez des moments forts de vos vacances en famille, là vous avez juste à réduire les longs segments enregistrés et à les assembler. Peut-être souhaitez-vous créer un vlog YouTube. Ou carrément, vous souhaitez préparer un documentaire complet avec des heures de séquences à trier, des graphiques à créer et des effets spéciaux à ajouter. Les exemples sont légions…

Quoiqu’il en soit, vous aurez compris, qu’il existe bien plusieurs types de vidéos sur lesquelles peut travailler un monteur, et elles n’ont pas toutes les mêmes contraintes. Ce n’est qu’en fonction de l’aspect que vous souhaitez donner à votre produit final que vous saurez quoi photographier, de quelle manière, avec quel logiciel faire le montage et même la manière d’abordez l’ensemble du processus.

Les qualifications requises pour devenir monteur vidéo

Dans les faits, vous n’avez pas besoin d’un diplôme pour devenir monteur vidéo. Il est bien vrai que certaines entreprises promeuvent beaucoup plus les diplômés dans des domaines connexes. En cela il n’est évidemment pas mal d’avoir un diplôme dans des domaines comme la production médiatique, les études cinématographiques et télévisuelles, ou le cinéma et les médias. Mais généralement, ce qui intéresse les employeurs c’est beaucoup plus votre capacité à faire le travail.

Et c’est bien là que se pose le problème. Les postes de niveau d’entrée requièrent habituellement de l’expérience, ce qui soulève la question séculaire: « Comment acquérir de l’expérience sans emploi ? ». La solution à ce dilemme est en fait simple : il faut explorer toutes les pistes possibles ». Autrement dit, vous devez tout essayer, passez par diverses méthodes et testez chaque fois de nouvelles possibilités, n’ayez pas peur de l’échec.

Comment obtenir une formation et de l’expérience pour devenir monteur vidéo ?

La formation et l’expérience sont deux éléments indissociables pour le monteur vidéo. Comme nous l’avons déjà souligné précédemment, vous ne pouvez pas devenir monteur vidéo sans formation préalable. Il est clair que vous devez d’abord apprendre à utiliser les logiciels de montage et comprendre les concepts/processus de base du montage vidéo. Nonobstant cela, l’expérience de travail demeure une partie essentielle de la formation, car le montage vidéo est un processus tellement collaboratif que l’apprentissage sur le tas est le seul moyen de vraiment assimiler les notions apprises.

En acquérant de l’expérience en tant qu’apprenti, vous aurez les bases pour devenir assistant monteur de vidéo. Durant cette phase, vous serez obligés de parcourir des heures de métrage en identifiant des prises, de la musique et des effets visuels particuliers. Vous avez alors tout intérêt à rassembler autant d’informations que possible sur le projet. Parcourez le scénario et comprenez le déroulement du film. Cela vous permettra d’impressionner votre éditeur, en lui montrant votre application et vos réalisations.

Même s’il existe des exceptions connues de monteurs vidéo autodidactes, l’ordre des choses veut que vous commenciez par suivre un cours formel, dans un lycée ou une université. Alternativement, si vous manquez de temps et/ou d’argent, vous pouvez aussi choisir de suivre ces cours en alternance ou mieux en ligne. Mais bien sûr, vous devez avant tout vous assurez de la fiabilité de l’institution qui vous prodiguer les enseignements pour ne pas avoir de mauvaises surprises au final.

Cherchez à vous familiariser avec un logiciel de montage vidéo, en commençant par de l’auto-apprentissage, même si cela fait partie intégrante de votre cours. Et puis, une fois que vous êtes prêt, vous n’avez désormais plus qu’à rechercher l’expérience partout où vous pouvez la trouver. L’idéal serait évidemment d’obtenir un programme de formation géré par un diffuseur connu, mais la plupart des monteurs vidéo en herbe devront chercher ailleurs des stages, et des apprentissages.

Formation pour devenir monteur vidéo

Le niveau minimum requis pour pouvoir faire carrière en tant que monteur vidéo est le bac +2. Avec ce niveau, vous pouvez suivre des formations telles qu’un BTS métiers de l’audiovisuel option montage et postproduction, ou un certificat supérieur de formation professionnelle de montage vidéo, ou alors une formation de monteur pour le cinéma et l’audiovisuel…

Avec un background plus soutenu, du type bac + 3, les portes vous sont ouvertes pour suivre la formation de l’Esra Bretagne option montage et effets spéciaux, la formation de monteur cinéma audiovisuel, ou même celle des métiers du multimédia et de l’internet.

Pour des niveaux encore plus élevés, du genre bac + 5/+ 6, le choix peut se porter sur l’obtention du diplôme de l’école nationale supérieure Louis Lumière spécialité cinéma, des masters image, son et multimédia, ou alors du diplôme de l’Ecole nationale supérieure des métiers de l’image et du son.

Devenir monteur vidéo, c’est aussi faire sa publicité

Une fois votre formation terminée ou même avant, vous pouvez déjà commencer par faire la cour aux différents pourvoyeurs de postes dans votre domaine. Cela veut dire envoyer de nombreuses demandes de renseignements aux sociétés de production, aux agences de publicité, aux studios de design et autres. À cette étape, il faut être prêt à essuyer de nombreux refus.

Faire votre publicité, passe également par la réalisation de travaux gratuits. C’est une réalité qui est présente dans bon nombre d’activités créatives, certes ce n’est pas l’idéal, mais c’est la triste réalité. Il faut surtout penser au côté positif, car cette persévérance, à long terme est récompensée par la reconnaissance de vos compétences et la formation d’une réputation honorable dans le milieu, ce qui peut vous ouvrir de nombreuses portes.

Le secret réside dans l’application permanente

S’il y a bien une vérité indéniable pour devenir monteur vidéo, c’est que cela nécessite beaucoup de pratique et de dévouement. Munis de votre ordinateur et d’un programme d’édition, vous passerez inévitablement des heures et des heures, assis devant votre écran, à pratiquer votre édition. En vous exerçant avec des logiciels professionnels tels que Final Cut Pro, vous augmenterez considérablement vos chances d’acquérir une expérience pertinente. Pour vos débuts, commencez par enregistrer des vidéos avec votre caméra domestique, que vous éditerez en ajoutant différents effets sonores et visuels.

Entre temps, il sera également intéressant de se pencher sur des cours qui forment sur la technologie et l’équipement cinématographiques modernes. Votre apprendrez des notions telles que la scénarisation, le montage de base, la narration ainsi que le montage commercial. Tout cela est ce qui constituera pour vous une base solide de connaissances en montage surtout cinématographique, et vous propulsera vers une excellente carrière dans cette industrie.

D’un autre côté, si vous n’êtes pas intéressé par le tournage de vidéos et que vous êtes un maître du montage vidéo pur, vous pouvez vous entraîner au montage en téléchargeant des séquences vidéo sur lesquelles vous travaillerez. Il existe tout un tas de sites web qui proposent ce genre de contenus.

Lorsque vous êtes certain d’avoir acquis assez de compétences en tant qu’apprenti, ou grâce à des cours professionnels et à des stages, vous pouvez dès lors décider de vous aventurer seul. Il est possible de vous associer à un professionnel qualifié du cinéma pour ensuite développer votre entreprise. Votre objectif doit être d’attirer une solide base de données clients en fournissant un travail d’édition de qualité. Comme vous vous en doutez, il faudra bien sûr commencer petit à petit, en éditant des films locaux qui couvrent moins d’heures de métrage. À moins que vous ne tombiez directement sur une occasion en or, ce n’est que de cette manière que vous pourrez atteindre vos objectifs dans ce domaine.

Salaires d’un monteur vidéo

Point important, dont on ne saurait omettre l’énonciation. Dans l’univers cinématographique précisément, par exemple. Pour un long métrage, un assistant monteur est rémunéré à raison de 910 € brut par semaine, avec 1 500 € brut hebdomaires, pour un chef monteur, d’après ce qui a été fixé par les syndicats. Au contraire, dans la production, c’est par jour que l’assistant monteur vidéo est payé. Ceux qui exercent à la télévision, ont dans leur cas un salaire équivalent au S.M.I.C.

Construisez un portfolio

Afin de soutenir tous les efforts que vous avez consentis pour les besoins de l’apprentissage du métier, un portfolio convaincant est l’élément parfait. Il s’agit d’un support numérique sur lequel vous pouvez compiler vos meilleures œuvres et que vous pourrez envoyer aux réalisateurs, aux autres monteurs de vidéo et aux directeurs de production, pour avoir l’opportunité de travailler avec eux. Il est important que vous n’y mettiez que vos travaux les plus aboutis, même s’il n’y en a qu’un seul ou deux. Vous pouvez également créer votre propre site Web, où vous posterez des échantillons de votre travail toujours dans l’espoir d’attirer de grosses perruques potentielles dans l’industrie cinématographique.

N’oubliez pas le pouvoir des réseaux sociaux. Vous pouvez choisir entre une chaîne YouTube ou une page Facebook, Instagram ou encore Twitter, pour poster vos réalisations. Toutefois, de toutes ces options la plus adaptée pour un monteur qui souhaite se faire remarquer serait YouTube, car la recherche y est beaucoup plus facile, et la visibilité accrue.

Sur votre chaîne, vous pouvez montrer votre expertise en créant des tutoriels, en montrant vos travaux et en ayant un portfolio en rapport avec le type de vidéos que vous souhaitez éditer. Si votre ambition est par exemple d’être embauchée par une entreprise, téléchargez des échantillons de vos vidéos d’entreprise. Si vous souhaitez éditer des longs métrages, commencez par créer des courts métrages ou des bandes annonces.

Aujourd’hui plus que jamais, il est vraiment très aisé de commercialiser vos compétences. Avec les réseaux sociaux, les moteurs de recherche, les plateformes vidéo, etc., vous n’avez que l’embarras du choix.

Créez-vous un solide réseau

Avoir les bras longs, un carnet d’adresse fourni, des connaissances dans les différents domaines qui présentent un quelconque intérêt pour vous, tout cela vous sera très utile. C’est la raison pour laquelle vous ne devez pas négliger l’aspect social lorsque vous collaborez avec des personnes surtout dans le cadre d’un projet. Généralement, les monteurs de films trouvent de meilleures occasions principalement grâce aux recommandations et aux autres éditeurs. Il est aussi possible de trouver du travail par l’intermédiaire d’un agent. Mais quoiqu’il en soit vous aurez compris qu’il est toujours nécessaire de rester largement connecté, pour bénéficier de plus d’opportunités. Partagez votre travail lorsque vous le pouvez et faites savoir aux autres que vous êtes disponible pour entreprendre plus de projets.

N’hésitez pas à consacrer du temps et de l’argent pour investir dans des logiciels et des équipements modernes. Le temps passé à faire des recherches et à expérimenter de nouvelles approches sur le montage en général, forgera votre expérience et posera les fondements de votre carrière.

Pas d’inquiétude à avoir pour ce qui est de la demande

L’essor des médias sociaux et des smartphones a donné naissance à de nouvelles opportunités dans la production vidéo dans son ensemble. Chaque jour, sur internet, ce sont des milliards de personnes qui sont scotchés sur leurs appareils pour regarder telle ou telle vidéo. En cela, YouTube est connue pour être la plateforme vidéo numéro un.

Le format vidéo est donc actuellement le type de contenu le plus populaire sur Internet. Les chiffres ont montré que les sites Web avec des ressources vidéo récoltaient plus de trafic.

Les entreprises veulent des vidéos pour le marketing

Les gens préfèrent regarder des tutoriels, des vidéos pratiques ou même des vidéos courtes que de lire un long article. C’est juste plus rapide de le faire, cela fait gagner énormément de temps. Et vu le monde au rythme effréné dans lequel nous vivons, cela n’a rien d’étonnant. En vous formant au montage vidéo, pour sûr vous trouverez des belles opportunités pour un emploi à temps plein avec un salaire très intéressant.

Les outils pour devenir monteur vidéo

Le logiciel de montage

Il y a sur le marché tout une pléthore de logiciels disponibles pour réaliser des montages. Certains sont gratuits, d’autres par contre nécessitent un abonnement mensuel, ou peuvent être achetés. Quoiqu’il en soit, tous ces logiciels se différencient par leur courbe d’apprentissage, qui est en rapport direct avec le nombre de fonctionnalités du logiciel.

Selon vos objectifs et votre niveau, vous pouvez soit choisir de travailler avec un logiciel basique avec un modèle d’édition par glisser-déposer et une courbe d’apprentissage assez superficielle, ou alors un logiciel complet, mais plus compliqué, si vous disposez du temps nécessaire à y consacrer.

Choisir un logiciel de montage vidéo

Le choix de logiciels à utiliser pour vos montages est bien large. Il en existe de différents types, avec des fonctionnalités très variables, allant des options très basiques, aux logiciels complets mais aussi complexes. Toutefois, dans toute cette pléthore de choix, on ne saurait affirmer que tel ou tel logiciel est le meilleur. Il revient à chacun de l’apprécier selon ses objectifs et ses capacités.

La plupart du temps, les logiciels les plus simples à manipuler sont souvent limités dans les options. À contrario, ceux qui demandent assez de temps pour l’apprentissage, renferment en fait beaucoup plus d’opportunités. À vous donc de déterminer votre ratio temps/résultat adéquat.

Parmi les éditeurs vidéo les plus populaires on peut citer :

  • Adobe Premiere Pro CC

Adobe Premiere Pro CC, Reconnu comme étant la norme de l’industrie du montage vidéo. Il s’agit d’un programme complet, avec une énorme quantité de fonctionnalités et une courbe d’apprentissage raide. Dans le cadre de Creative Cloud Suite d’Adobe, la quasi-totalité de vos actions est possible soit directement dans Premiere Pro, soit via une intégration étroite avec d’autres applications Creative Cloud. De ce fait, dû à l’énorme popularité de Premiere, il existe une énorme quantité de contenu disponible sous forme de didacticiels YouTube, d’articles de blogs, etc. pour vous apprendre à l’utiliser.

  • Adobe After Effects CC

After Effects n’est pas à proprement parler un programme d’édition de vidéos, mais il figure sur cette liste en raison de son association naturelle avec Première Pro. Étant tous les deux des composantes d’Adobe CC, en souscrivant à un abonnement complet, vous avez droit à leur accès sans limite. Particulièrement pour les personnes qui désirent créer leurs propres graphiques ou effets spéciaux, After Effects est inestimable.

  • Apple iMovie

Depuis son lancement officiel, le logiciel Apple iMovie s’est confirmé comme étant l’un des meilleurs outils de combinaison et d’édition des vidéos, offrant en plus un éditeur intuitif et facile à utiliser. Ce fut le premier, à offrir la possibilité d’éditer des films à l’utilisateur quotidien. Et jusqu’à lors, Apple continue de développer iMovie. Malgré le fait qu’il ne donne pas accès à l’ensemble des fonctionnalités de Première Pro ou de Final Cut Pro X, vous bénéficiez de nombreuses fonctionnalités dans un logiciel incroyablement facile à utiliser qui se trouve également être gratuit.

  • Apple Final Cut Pro X

Autre produit Apple, Apple Final Cut Pro X propose une solution d’édition au carrefour entre performances professionnelles, et accessibilité, à la frontière entre professionnel et amateur. Avec sa dernière mise à jour, controversée à cause du choix d’utiliser une approche chronologique non traditionnelle, le logiciel a perdu l’adhésion de certains éditeurs expérimentés. Mais dans l’ensemble, Final Cut Pro X offre des fonctionnalités puissantes pour les utilisateurs de Mac.

  • Blackmagic DaVinci Resolve

DaVinci Resolve était à la base un outil de correction des couleurs. Mais c’est par la force des choses, qu’au fur des améliorations et des modifications il est devenu un puissant éditeur vidéo complet, qui associe l’édition de la chronologie, la correction des couleurs, les effets et même des outils d’édition audio. Sa grande popularité est surtout due à la mise sur le marché d’une version gratuite qui offre bien assez de fonctionnalités pour tous, sauf les utilisateurs les plus exigeants.

  • Corel VideoStudio Ultimate

Corel VideoStudio Ultimate est un logiciel beaucoup plus adapté pour les débutants. Il est en effet un bon moyen, facile et rapide de se lancer dans le montage vidéo. Il a une mise en page simple et intuitive qui aide les débutants à se lancer directement dans l’édition, mais offre toujours un certain nombre d’options plus avancées au fur et à mesure que vous développez vos compétences.

  • CyberLink PowerDirector

CyberLink PowerDirector se situe toujours dans la même gamme que VideoStudio Ultimate. Grâce à une introduction en douceur à l’édition, et tout en fournissant une suite d’outils étonnamment complète, ce logiciel a pour visée de combler le fossé entre les débutants et les professionnels en rationalisant les bases. Bien évidemment, cela s’accompagne d’un compromis entre des options plus avancées qui s’enfoncent plus profondément dans le programme.

  • HitFilm Express

HitFilm Express offre une sélection impressionnante de fonctionnalités avec un accent particulier sur les capacités d’effets spéciaux haut de gamme dans un ensemble conçu de manière intuitive. La version gratuite offre un ensemble d’outils impressionnant, mais vous avez également la possibilité de mettre à niveau via des add-ons premium ou divers packs pro avec encore plus de capacités.

  • Lightworks

Lightworks, comme DaVinci Resolve, est une autre suite vidéo haut de gamme de qualité professionnelle qui offre une généreuse licence gratuite. Dans le cas de Lightworks, vous obtenez une vaste gamme d’outils dans la version gratuite, mais avec des limites dans ce qu’elle vous permet de produire, bien qu’il existe une variété de licences en fonction de vos besoins. Comme les autres outils de niveau professionnel, il y aura un peu de courbe d’apprentissage pour obtenir un niveau élevé de confort avec le programme.

  • Shotcut

Shotcut est un éditeur vidéo gratuit et open source pour les personnes qui souhaitent passer des éditeurs les plus basiques mais qui ne veulent pas ou n’ont pas besoin d’un éditeur complet. Il offre une interface conviviale pour les nouveaux éditeurs et un riche ensemble de fonctionnalités, même s’il ne répondra pas aux besoins de projets particulièrement complexes.

Quel ordinateur pour devenir monteur vidéo ?

Depuis le tout début jusqu’à la fin, votre ordinateur sera l’outil que vous utiliserez le plus. Puisque tout votre montage vidéo sera effectué dessus. Il faut donc s’assurer que votre ordinateur est capable de gérer le montage que vous souhaitez effectuer. Évidemment, les capacités de votre machine conditionneront le niveau des fonctionnalités que vous voudrez ajouter à votre vidéo. Et plus ces fonctionnalités seront avancées, plus vous aurez besoin de matériel informatique puissant.

Les gens ont longtemps débattu sur le meilleur système d’exploitation pour le montage vidéo. Sauf qu’en réalité actuelle, à part un nombre relativement restreint de programmes qui sont spécifiques à un système d’exploitation particulier (comme Apple Final Cut Pro X), il n’y a pas de différence significative entre le choix d’un Windows ou d’un Mac pour le montage vidéo.

Spécifications informatiques recommandées pour le montage vidéo

Pour avoir une meilleure idée des spécifications de l’ordinateur qui sera le mieux adapté il suffit de regarder les recommandations du logiciel en question. Un logiciel moins puissant requiert un matériel moins puissant. En règle générale, cependant, ce qui suit devrait vous donner un bon point de départ :

  • Processeur

Un Intel Core i5 ou Core i7 relativement récent ferait l’affaire. Pour les versions à petit budget, le nouvel AMD Ryzen 5 a de très bonnes performances pour un prix relativement bas.

  • RAM

Même si certains logiciels recommandent au moins 4 Go de RAM, il est préférable que vous vous équipiez d’un ordinateur avec au moins 8 Go. Alors, si vous effectuez un montage vidéo particulièrement complexe ou à très haute résolution (4K +), c’est une RAM à 16 Go ou plus qui vous satisfera à coup sûr.

  • Carte graphique

La présence ou non de ce composant est en fait fonction du logiciel que vous souhaitez utiliser, et des modifications que vous allez apporter lors de votre montage. La nécessite d’avoir une carte graphique est de plus en plus importante.

  • Stockage

Pour pouvoir réaliser à vos aises des vidéos de qualité, en particulier la vidéo 4K, il vous faudra beaucoup de stockage. Pour cela, privilégiez les disques SSD, car ceux-ci sont plus rapides et beaucoup plus agréables à utiliser. Plus vous comptez faire de vidéos, plus vous devez prévoir d’espace à cet effet.

  • Autres considérations informatiques

Outre les quelques éléments sus cités, il demeure encore certains à énumérer. Vu la taille des fichiers vidéo, vous aurez très vite besoin de les transférer sur d’autres supports de stockage numérique. Pour cela, USB 3.1, USB-C et Thunderbolt vous donneront des ports relativement rapides pour le transfert vers et depuis des périphériques de stockage numérique.

Également, une connexion Internet rapide vous aidera à naviguer plus sereinement sur internet, et à télécharger plus facilement des vidéos en ligne.

En fait, aucun de ces éléments n’est absolument nécessaire. Vous pouvez tout aussi bien réaliser vos montages sans tous ces éléments, mais sachez que vous ne pourrez pas avoir un rendu aussi qualitatif que cela aurait pu l’être.

Conseils pour devenir monteur vidéo

Le processus d’édition d’une vidéo, est en réalité un exercice assez complexe, pour autant qu’on prenne le temps de le réaliser étape par étape. Il est donc important d’établir un bon plan de travail, précis et détaillé, afin de ne pas vous égarer en cours de route.

Planifiez à l’avance

En fonction de ce que vous photographiez ou filmez, cela peut présenter certaines limites. Mais quoi qu’il en soit chaque fois que vous en avez l’occasion, n’hésitez pas à créer au moins un aperçu général de ce que vous comptez capturer. Établir à l’avance les séquences dont vous aurez besoin, vous permettra de gagner du temps et d’éviter d’avoir à revenir en arrière pour en reprendre une partie plus tard.

Élaborez une stratégie de gestion de fichiers

Il est clair que dans votre travail de montage vous aurez tout un tas de fichiers différents parmi lesquels vous choisirez ceux à inclure dans votre composition finale. Il peut s’agir de clips vidéo, de graphiques, d’effets modifiés, ou encore de fichiers audio et potentiellement plus. Savoir bien ranger et organiser ces fichiers vous aidera à vous retrouver plus facilement et à économiser du temps au moment où vous en aurez besoin.

N’exagérez pas avec les effets

Les effets spéciaux sont un peu comme des friandises, on y prend vite goût et on en abuse. Et le résultat on le connait. Vous saturez votre travail d’éléments inutiles, et la substance même en est diminuée. En plus, ajouter des effets demande lors du traitement final plus de puissance de calcul, ce qui peut considérablement ralentir votre production.

Choisissez de bonnes musiques

La musique redonne de la vie aux images, c’est connu. Des musiques bien choisies peuvent sublimer une œuvre initialement banale, comme elles peuvent détruire une production réussie. Tout se trouve dans la juste mesure. De plus, vous devez toujours vous assurer qu’il n’y aura pas de problème avec les droits des musiques que vous utilisez, surtout lorsque vous partagez vos vidéos publiquement, sur YouTube par exemple.

Faites des pauses régulières

Comme pour tout travail de longue haleine, il peut être très facile de s’embourber dans la réalisation jusqu’à en oublier de se reposer. Or plus vous restez calé sur une même chose continuellement, moins vous en êtes productif. Vous devez vous aérez l’esprit et le corps au cours de vos éditions. Ce sera même l’occasion de retrouver des idées nouvelles et plus d’inspiration pour votre projet. Pensez aussi à vos yeux, qui se détériorent lentement du fait d’une exposition trop fréquente aux lumières des écrans.

Le processus d’édition, étape par étape

Le travail que vous aurez à réaliser lors de vos montages, dépend de plusieurs facteurs allant du type de vidéo que vous souhaitez créer, à l’éditeur que vous utilisez, afin de rendre votre processus créatif encore plus abouti.

Création de projet

Lorsque vous ouvrez pour la première fois votre éditeur vidéo et débutez votre processus, vous avez plusieurs choses à paramétrer pour commencer. Tout d’abord il faudra nommer le projet. Tous les éditeurs vidéo créeront automatiquement un dossier avec ce nom de projet dans lequel tous les fichiers seront conservés.

Déjà à ce niveau, vous pouvez faire en sorte de bien organiser vos projets afin de pouvoir tout garder en ordre à mesure que de plus en plus de projets sont créés.

Ensuite, vous devrez définir les paramètres de projet comme la résolution et la fréquence d’images, qui seront pris en compte pour votre vidéo finale. Ou vous pouvez tout aussi bien laisser votre éditeur décider automatiquement en fonction de la séquence que vous importez.

Une fois votre projet configuré et ouvert, il est alors temps d’importer toutes vos images et autres fichiers multimédias dans l’éditeur. Pour la plupart des logiciels d’édition, vous pouvez choisir l’option d’importation dans le menu de navigation ou, pour d’autres, simplement faire un glisser-déposer des fichiers directement dans le programme.

Classez tous vos médias

Si vous n’avez que quelques clips et peut-être un morceau de musique à éditer, vous pouvez vous contenter de faire glisser tous vos médias dans l’éditeur. À ce niveau, le travail d’édition est assez simple.

Toutefois, lorsqu’il s’agit de projets plus complexes, vous avez tout intérêt à garder vos fichiers bien organisés. Grâce à l’éditeur vous pouvez créer un système de dossiers pour organiser vos fichiers. Pour un projet simple, vous pouvez créer un bac pour les fichiers vidéo, un pour les fichiers audio et musicaux et un pour les graphiques. S’il s’agit d’un projet plus complexe avec des scènes différentes, vous pouvez tout fractionner encore plus afin que chaque scène ait tous ses éléments en un seul endroit.

Marquez les fichiers à utiliser plus tard

En parcourant toutes vos séquences, sélectionnez en même temps toutes les parties que vous comptez utiliser ensuite. Pour ce faire, vous avez juste à marquer les clips appropriés en plaçant des points d’entrée et de sortie sur les parties du clip concernées. La majorité des programmes contiennent des raccourcis clavier pour ajouter réaliser ces marquages, généralement les touches «I» et «O».

Cette étape, bien que paraissant anodine, vous fera gagner énormément de temps. Dites-vous simplement qu’il est beaucoup plus facile de supprimer les clips dont vous n’aurez plus besoin que de devoir revoir chaque clip un à un à la recherche d’un moment que vous n’avez pas marqué auparavant.

Couper et placer des images

Voici où débute le véritable travail. D’abord accédez aux clips que vous avez marqués précédemment et faites-les glisser dans la chronologie, qui n’est qu’une longue ligne de tous vos clips alignés du début à la fin.

Chose intéressante, vous pouvez à tout moment réorganiser les clips dans la chronologie. Donc pas d’inquiétude à avoir si vous en déposez un trop tôt ou trop tard par rapport à l’endroit où vous le souhaitez dans le montage final.

Mettez votre chronologie au propre

Ce n’est pas dit que vous réussirez du premier coup à reconstituer tous vos clips aussi bien vous l’auriez voulu. Donc n’hésitez pas à réorganiser vos fichiers, autant de fois que nécessaire, jusqu’à obtenir le résultat escompté, ou du moins quelque chose qui s’en rapproche.

Les problèmes qui se posent souvent concernent les transitions gênantes entre les coupes ou les scènes. En cela, les nuances et les goûts personnels contribuent à la bonne fluidité de votre vidéo.

Ajouter des effets

Après l’assemblage sommaire de votre vidéo, vous pouvez déjà commencer par ajouter les effets dont vous avez besoin. Il peut s’agir de transitions, de graphiques ou de superpositions et de divers filtres. L’important est que ça améliore l’apparence de votre vidéo. Cela inclut également des choses comme l’ajout de votre étalonnage des couleurs et le nettoyage de votre audio.

Être judicieux dans votre application d’effets peut faire ou défaire votre vidéo. Une certaine quantité est nécessaire pour parachever et faire ressortir le meilleur de votre projet, mais il est facile d’aller trop loin et de créer quelque chose de criard. Faites preuve de retenue et opérez avec une mentalité «moins c’est plus».

Exporter et partager

Une fois la vidéo terminée, il reste alors à l’exporter et à la partager. Pour beaucoup de gens, cela se fera directement sur une plateforme en ligne telle que YouTube ou Facebook. De nombreux éditeurs vidéo ont des paramètres intégrés vous permettant de publier directement pour vous.

Pour d’autres utilisations, telles que l’intégration sur votre site Web personnel ou le partage avec des clients ou des membres de la famille sur des lecteurs flash ou des disques, il faudra bien s’assurer de choisir les meilleurs formats de fichiers et paramètres pendant le processus d’exportation. Le paramètre le plus courant actuellement est d’exporter en tant que fichier .mp4 avec une compression H.264.

Conclusion

Éditer une vidéo de A à Z nécessite au total une bonne dose de travail et d’abnégation. Et c’est bien ce que réalise quotidiennement un monteur vidéo. Devenir monteur vidéo demande beaucoup de patience, de la créativité et une bonne maîtrise des logiciels d’édition. Tout cela pour vous permettre de créer de magnifiques œuvres, qui feront votre renom. Ne cessez jamais d’apprendre et appliquez-vous constamment à produire du travail de qualité, pour vos clients et pour votre propre plaisir.

Vous avez aimé cet article

Cliquez sur une étoile pour la noter!

Note moyenne 5 / 5. Nombre de votes: 1

Aucun vote pour l'instant! Soyez le premier à noter ce message.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *